[Communiqué] La fintech bordelaise VeraCash lève 2 millions pour devenir le moyen de paiement alternatif préféré des français

Paris, le 27 avril 2020.

VeraCash, la fintech bordelaise qui propose un compte en ligne adossé à des métaux précieux (or, argent) annonce une levée de fonds de 2 Millions d’euros, dont 80% provient de ses clients. Ces fonds permettront à la fintech d’accélérer sa croissance déjà exponentielle et d’assoir sa position de compte en ligne alternatif. En développant de nouveaux services, VeraCash a pour ambition de devenir le moyen de paiement préféré de ses clients. 

L’or et l’argent utilisés pour les paiements sans contact

Avec la crise, l’or et l’argent se sont révélés une fois de plus être des valeurs-refuges pour les Français soucieux de trouver des placements sécurisés pour leur épargne. La fermeture des boutiques et guichets de banque a favorisé l’essor de l’e-commerce, la vente et l’achat des métaux précieux n’échappant pas à la tendance. Un sondage réalisé en novembre 2020 montrait une évolution notable des préférences de paiements depuis le début de la crise sanitaire : 7 Français sur 10 privilégient désormais les paiements sans contact (carte ou mobile). *

En réponse à ce gain de popularité, VeraCash complète l’offre traditionnelle des paiements dématérialisés en proposant un compte en ligne adossé à des métaux précieux, stockés en coffre sécurisé, utilisables à tout moment grâce à la carte Mastercard, gratuite et sans commissions. L’application mobile, disponible sur Androïd et iOS, simplifie la gestion du compte et de la carte.

Ambitions et projets à venir

VeraCash compte aujourd’hui 30 000 clients et accueille environ 1 500 nouveaux clients chaque mois. La fintech entend accroitre le nombre d’usagers et continuer de développer un business model qui lui a permis d’être rentable dès 2019 et d’avoir une forte croissance en 2020.

Jean-François Faure, fondateur et PDG de VeraCash déclare : 

« Avec le soutien de nos clients et nouveaux investisseurs, cette levée de fonds va renforcer notre capacité à répondre aux besoins du marché et de nos clients. Cela va démocratiser l’accès aux métaux précieux en tant qu’actifs, à usage quotidien. Nos clients ont participé massivement à cette levée de fonds, ce qui montre qu’ils croient en notre business model, nos solutions et nos projets pour les innover davantage. »

*Sondage OpinionWay pour VeraCash novembre 2020

A Propos 

Créée en 2014 par Jean-François Faure, VeraCash veut exploiter le potentiel de l’or comme moyen de paiement global. Spécialisée dans la vente et l’achat de métaux précieux, l’entreprise propose un compte en ligne et une carte de paiement adossés à l’or et à l’argent. La carte Mastercard gratuite et une application mobile de type porte-monnaie électronique permettent aux clients de la fintech de gérer leurs finances en dehors du système bancaire. Les métaux précieux sont utilisables à tout moment grâce à la carte de débit, sans commissions, partout dans le monde. Ce système a déjà séduit plus de 30 000 utilisateurs, dont 95% sont français. 

  • CA 2020 : 86 millions d’euros 
  • +151% de nouvelles inscriptions en 2020
  • 15 salariés
  • 22 tonnes de métaux précieux, dont 2 tonnes d’or et 20 tonnes d’argent
  • 30 000 inscrits 

www.veracash.fr


[Communiqué Presse] Les français ont-il encore confiance en l'euro ?

Sondage OpinionWay pour VeraCash

Paris, le 29 mars 2020. Avec la crise sanitaire et économique qui perdure, l’or reste une valeur sure face à l’euro et aux cryptomonnaies, bien plus volatiles. L’image de l’or est d’ailleurs moins impactée par la crise que celle de l’euro : le récent sondage OpinionWay pour VeraCash montre que 43% des Français estiment que l’or pourrait être une meilleure monnaie que l’euro. La confiance dans les cryptomonnaies est croissante, mais seulement 1 Français sur 5 considère que les cryptomonnaies pourraient être meilleures que l’euro.

D’une manière générale, l’image de l’euro s’est dégradée au profit de celle de l’or. 4 Français sur 10 considèrent que l’euro n’est pas une monnaie en accord avec le respect de l’environnement et la  lutte contre le réchauffement climatique et presque 1 Français sur 2 trouve que l’euro favorise la spéculation financière. Il est intéressant de constater que ce sont surtout les femmes et les jeunes (<50 ans) qui sont de cet avis. Pas étonnant que 63% des personnes interrogées pensent que l’euro devrait être garanti par l’or des Banques Centrales.

L’image des cryptomonnaies s’améliore, même si l’engouement pour ces nouvelles monnaies reste minoritaire : 22% des interviewés considèrent que les cryptomonnaies en général pourraient être meilleures que l’euro, et c’était seulement 13% en 2016 !

Infographie dans son intégralité disponible ici.

L’intégralité du « Sondage OpinionWay pour VeraCash » est disponible sur simple demande.


Webinaire presse : Levée de fonds : faut-il forcement opter pour les canaux traditionnels ?

Invitation à un Webinaire Presse

Date : Mardi 9 mars 2021 de 11h00 à 12h00

  • Comment lever des fonds auprès de ses clients

  • Quels avantages/désavantages par rapport aux fonds d’investissement ?

  • Quels sont les avantages des actions non cotées ?

  • Existe-t-il une formule pour l’épargne des particuliers pour rendre le PEA-PME inutile ? 

Programme

  • Levée de fonds : quelles sont les options possibles ?
  • Focus sur la levée de fonds de VeraCash
  • Questions/réponses 

Intervenants

  • Jean-François Faure, PDG et fondateur VeraCash
  • Ignacio Sainz Iglesias, COO VeraCash 

Inscription au Webinaire

Sondage OpinionWay pour VeraCash - Les français et les moyens de paiements

7 FRANÇAIS SUR 10 UTILISENT LE PAIEMENT SANS CONTACT : LA FIN DU CASH ?

Paris, le 21 janvier 2020. Crise sanitaire oblige, le sans contact est en forte hausse, c’est le mode de paiement privilégié des commerçants et des consommateurs. 

Faisant déjà concurrence aux billets et aux monnaies avant la crise, signifie-t-il la fin du cash ?  Les Français ont-ils adopté davantage le paiement par mobile ? C’est la question qu’OpinionWay a posées à 1 019 personnes pour VeraCash. Explications. 

Introduit en France il y a moins de 10 ans, le paiement sans contact s’est largement développé jusqu’à s’imposer comme une habitude bien ancrée chez les Français : plus de deux tiers déclarent qu’ils l’utilisaient déjà avant la pandémie (68%). 

Plus de la moitié des utilisateurs rapporte avoir eu davantage recours au paiement sans contact avec la crise sanitaire (57%).  

Le paiement par mobile s’est également accru. Un Français sur dix déclare qu’il l’utilisait avant la crise (11%) et parmi ceux qui l’utilisaient, la moitié estime l’avoir fait davantage pendant la crise, surtout parmi des personnes, qui peuvent se permettre de s’offrir la technologie, plus âgées et plus aisées. 

Les pièces de monnaie sont utilisées par moins de six Français sur dix (58%) et seuls 44% utilisent encore des chèques.

Infographie VeraCash moyen de paiement

L’intégralité du « Sondage OpinionWay pour VeraCash » est disponible sur simple demande.

Pour des interviews contactez : [email protected]
Carla van Benschop - 01 73 01 45 52 - [email protected]Maja Tailleux - 01 44 94 95 65 – [email protected]


[Avis d'expert] DIEM (cryptomonnaie Facebook) - quels sont les vrais enjeux stratégiques ?

Paris, le 6 janvier 2021. Quand les GAFA se lancent dans de projets ambitieux comme les cryptomonnaies, le monde entier retient son souffle. Annoncée en grande pompe par le géant américain Facebook en juin 2019, la cryptomonnaie Diem (ex-Libra), devrait voir le jour en ce début 2021. Contrairement au Bitcoin, le diem est un stablecoin, adossé aux principales monnaies mondiales (U.S. dollar, euro, yen, livre sterling, …). Même si c’est une monnaie gérée par une entité indépendante, et que les contrôles des instances régulatrices mondiales sont sévères, l’empreinte du géant Facebook est indéniable.

  • Quelle place pourrait prendre le Diem en tant que moyen de paiement ? S’agit-il d’une menace pour l’euro ? le bitcoin ?
  • Quel danger pourrait représenter une monnaie initiée par Facebook ?
  • Quel rôle pour les institutions financières ?
  • Quelle importance joue la blockchain dans la fiabilité des cryptomonnaies ?
  • Quel impact pourrait avoir le lancement du DIEM sur la façon de consommer et/ou de payer ?
  • Quelles sont les alternatives ?

Ignacio Sainz, expert de la cryptomonnaie et COO de VeraCash, analyse les enjeux stratégiques de cette nouvelle cryptomonnaie.

Pour toute demande d’interview merci de contacter : 
Carla van Benschop - 01 73 01 45 52 - [email protected]
Maja Tailleux - 01 44 94 95 65 – [email protected]


Résultats Annuels 2019 et Activité du 1er Semestre 2020

Bordeaux (Nouvelle-Aquitaine), le 30 novembre 2020 : VeraCash® propose un service unique en France depuis 2012, un compte en ligne adossé à des métaux précieux, annonce ses résultats annuels pour l’année 2019, ainsi que ses perspectives pour l’exercice 2020.

En 2020, la croissance est très soutenue, ce qui nous a permis de valider le Business model. Concernant les exercices ultérieurs :
• Entre 2018 et le 1er semestre 2020, la croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires est de 48%,
• Le résultat d’exploitation est multiplié par 38 entre l’exercice 2019 et le premier semestre 2020,
• La dynamique sera soutenue pour la période 2020-2023 avec un taux de croissance prévisionnel annuel moyen du chiffre d’affaires de plus de 95%.

La seule fintech 100% française à proposer un compte et une carte de paiement adossés à des métaux précieux

Filiale du groupe AuCOFFRE, première plateforme en ligne de négoce en métaux précieux, fondée par Jean-François FAURE, VeraCash® permet à ses utilisateurs d’épargner et de payer avec des métaux précieux grâce à un compte et une carte de paiement. VeraCash® est un compte en ligne
adossé à des métaux précieux physiques, 100% alloués et stockés en coffres hautement sécurisés aux Ports Francs et Entrepôts de Genève.

Une carte de paiement gratuite lui est associée et permet de payer avec des métaux précieux. VeraCash® propose donc une épargne sécurisée qui n’est pas figée. Les métaux précieux sont utilisables à tout moment grâce à la carte Mastercard®, gratuite et sans commissions partout dans le monde. L’application mobile VeraCash®, a été pensée dans le même esprit que les meilleures applications de type wallet disponibles sur le marché, afin de simplifier la gestion du compte et de la carte. À la fois solution de paiement, d’épargne et d’investissement, l’ouverture d’un compte VeraCash® permet une diversification dans les métaux précieux, et une décorrélation complète du système bancaire traditionnel. VeraCash® redonne à l’or toute sa pertinence en tant que valeur refuge, au travers de prestations sécurisées et encadrées par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation (ACPR).

Avec près de 30.000 utilisateurs conquis en seulement quelques années, VeraCash® répond à la forte demande de digitalisation des actifs et propose un positionnement disruptif sur un marché adressable en croissance de 4% par an en moyenne sur la période 2016-2019.

Une croissance soutenue et ininterrompue sur les trois derniers exercices, rentabilité et accélération au premier semestre 2020

En K€ 31/12/17 31/12/18 31/12/19 30/06/20 Var FY 2019 / S1 2020
Chiffre d'affaires 16069 18120 29504 49652 68%
EBE -391 -211 246 983 x4
Résultat d'exploitation -469 -342 23 865 x38
Résultat net -562 -440 5 861 x172

Par son approche disruptive, la Société a créé un véritable « océan bleu1 » dans le marché des moyens de paiement et son sens de l’innovation a été récompensé en 2017 (Prix Mentor) et en 2019 (Prix Legend) aux Blue Ocean Awards, et en 2018 au PayForum (catégorie Instant Payment). VeraCash®, fière membre de la French Tech, a été nommée Pépite Génération en 2018, et est classée 49ème dans le classement FrenchWeb 500 2020.

En 4 ans, 104 millions de VRC ont été émis (achat d’or) et 5,7 millions de VRC ont été échangés de pair-à-pair entre utilisateurs. Ce sont plus de 2 tonnes d’or et 19 tonnes d’argent métal que la Société garde en coffres pour ses clients. Sur la période 2017-2019, le chiffre d’affaires est passé de 16,1 à 29,5 millions d’euros, soit un taux de croissance annuel moyen de 38%. Le premier semestre de l’exercice en cours a permis de constater une forte accélération de la croissance du chiffre d’affaires (+68%), et d’acter la rentabilité du business model mis en place par VeraCash® depuis sa création en 2015 : le résultat d’exploitation et le résultat net sont en très forte progression, passant respectivement de 246 à 983 k€, et de 23 à
865 k€ entre l’exercice 2019 et le premier semestre 2020.

Un modèle de croissance équilibré et défensif dans la crise, soutenu par l’innovation et le développement commercial

VeraCash® propose un modèle de croissance équilibré, permettant de financer la gratuité des échanges grâce à la collecte réalisée sur l’achat des matières précieuses et leur conservation. VeraCash® s’inscrit dans un engagement éthique et éco-responsable en favorisant les circuits de consommation courts et les produits issus du recyclage, dont la qualité et l’origine sont garantis et certifiés LMBA.

Sur la période 2020-2023, VeraCash® anticipe une croissance moyenne de son chiffre d’affaires d’un peu plus de 100% par an, portant le chiffre d’affaires estimé en 2020 de 74,5 à 477 millions d’euros au 31 décembre 2023.

La marge d’exploitation, prévue pour la fin de l’exercice en cours à 0,6% du chiffre d’affaires, devrait progresser pour atteindre 2% à l’horizon 2023.Ces développements s’appuieront sur la plateforme VeraCash®, évolutive, entièrement propriétaire et désormais fonctionnelle, et sur la conquête de
nouveaux pays européens et de nouveaux clients professionnels.

Un environnement favorable aux métaux précieux

Le marché demeure toujours extrêmement porteur pour la thématique de l’or et des métaux précieux. Sur les vingt dernières années, les prix de l’once d’or, du lingot ou des pièces d’investissement comme le Napoléon n’ont cessé de grimper. Il a été relevé 400% d’augmentation entre 2000 et 2020 en euros ! Dans la 14ème édition du rapport In Gold We Trust, Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek confirment que l’or est dans les premières étapes d’un nouveau marché haussier, et annoncent une décennie placée sous le signe du métal jaune.

Les politiques d’assouplissement monétaire menées par les différentes banques centrales ont pour conséquence de faire perdre à plus ou moins long terme de la valeur aux devises et de diminuer le pouvoir d’achat des ménages et des entreprises, avec un impact positif pour les métaux précieux.

Contacts

VERACASH

Ignacio Sainz
Nicolas Faucon

marketing(a)veracash.com

ESCAL CONSULTING

Karine Berthier
Carla Van Benschop

veracash(a)escalconsulting.com

CiiB

Didier Salwa
Edouard de Maissin

didiersalwa(a)ciib.fr
edouard-de-maissin(a) ciib.fr


VeraCash, Lauréat des Blue Ocean Awards catégorie « Legends »

L’inventivité et l’audace de Jean-François FAURE, président fondateur de VeraCash, sont à nouveau saluées par les « Blue Ocean Awards ». Plus qu’une distinction, une consécration !

Aujourd’hui, Vera Cash est une « legend »

C’est la deuxième fois que les Blue Ocean Awards distinguent VeraCash, l’entreprise qui propose la première monnaie d’échange de pair-à-pair adossée à de l’or physique et de l’argent métal, utilisable partout dans le monde, entre particuliers et vers des professionnels, sans frais ni commission sur taux de change. En 2017, VeraCash recevait le prix « Mentor », qui consacre les PME/ETI de plus de deux ans ayant créé leur propre marché. Avec ce nouveau prix « Legend », c’est la pérennité du modèle que les Blue Ocean Awards célèbrent.

«VeraCash bouleverse les marchés existants des monnaies et des paiements. Les Blue Ocean Awards nous offrent une belle reconnaissance de ce positionnement disruptif et une belle visibilité vers les communautés françaises qui souhaitent adopter une nouvelle monnaie. » – Jean-François Faure, Président Fondateur.

Qu’est-ce donc qu’une innovation Océan Bleu ? 

Elle se reconnait à deux caractéristiques :

a) elle s’adresse à une catégorie de clients malaimée, maltraitée, oubliée des concurrents traditionnels (ceux que l’on appelle les non-clients ou non-clients imminents);

b) elle simplifie significativement les fonctionnalités pour ne garder que ce qui est essentiel à une expérience client profondément divergente.

C’est l’innovation radicale, simplifiée, accessible à tous quels que soient l’industrie et les moyens !

A propos de VeraCash

Créée en 2015 par Jean-François Faure, VeraCash est une filiale de la société AuCoffre.com. VeraCash propose un service qui permet d’acheter de l'or simplement et de pouvoir le revendre ou le transmettre de la manière la plus efficace qui soit aujourd'hui, avec une application de type "wallet" pour le suivi de son compte ou bien avec la carte de paiement (Mastercard) VeraCash utilisable partout dans le monde, pour des retraits ou des achats. La carte de paiement et le compte sont adossés aux métaux précieux. Via l'application mobile et les cartes de paiements, il est possible d'utiliser l'or et l'argent métal au quotidien, comme des monnaies, dans n'importe quel pays, tout en se constituant une épargne liquide, tangible et hors du système financier. VeraCash a pour but de favoriser les circuits courts et une activité économique durable entre utilisateurs de confiance. Veracash a surtout pour ambition de provoquer une disruption sur le champ de l’économie et de la consommation.


VeraCash reacts to legal proceedings against a British competitor

Bordeaux, 9 October 2019

We had not planned to issue a communication about the proceedings under way for one of our British competitors, Glint Pay, as well as a German competitor, PIM Gold, but we are now breaking our silence to reassure those few customers who have expressed their concerns to us.

Background

The British company Glint Pay, which offers a gold-backed payment card similar to the VeraCash card, is now in administration. The United Kingdom’s FCA (Financial Conduct Authority) launched the proceedings after a loan went unpaid.

We decline to comment on our competitor’s situation, let alone rejoice in it. Competition presents many advantages from a consumer perspective and, as a business, it forces us to systematically re-examine ourselves so that we can tirelessly offer better products and services to our members.

VeraCash and Glint Pay, similar concepts, and yet…

Although, on the face of it, the Glint Pay concept resembles that of VeraCash, the business models are completely different. Glint Pay issues e-money, which is not the case with VeraCash. This major point of divergence between the two business models makes all the difference: being an issuer of e-money entails great responsibilities, both structural (with many legal constraints like direct inspections by the FCA and minimum capital requirements) and financial, responsibilities which a “simple gold merchant” would struggle to fulfil without taking on substantial debt – which undoubtedly explains the extensive financing campaigns run by the British firm.

An e-money issuer’s primary commitment is to segregate all its customers’ funds in a provable way. This is all the more true, given that Glint offers a multi-currency service, so each euro or pound purchased must appear in the relevant account. This is meant to ensure the company’s solidity in the event of massive cash withdrawals, a requirement from which banks are exempt.

As a result, the FCA’s investigation pertains to those funds, not to their equivalent weight in gold owned by the customers. In fact, the FCA mentioned this fact in an official statement: “This activity is not regulated by the FCA, and holdings in gold are not subject to safeguarding requirements”.

The situation is completely different for VeraCash: first, because we do not issue e-money, and second, because we do not offer either suspense accounts or multi-currency accounts – although we are not necessarily opposed to the idea of incorporating this type of services, we have decided to specialize in precious metals (GoldSpot, GoldPremium and silver) in particular. Consequently, the funds we receive are immediately converted into precious metals. Our annual audit reports can even be reviewed to verify the weight of the gold, silver and diamond counterparts of VeraCash accounts.

To provide a brief history, our then partner payment institution Aqoba went bankrupt in 2014. However, because our members’ accounts were not – and are not – cash accounts, none of them were negatively affected by that unfortunate news (no loss of euros, with their gold being continuously stored at the Free Ports of Geneva). We were then able to transparently identify a new partner to issue new VeraCash cards and continue our business unimpeded. And this would still be the case if our current partner were to encounter any difficulties, in turn!

Our core business is to store gold on behalf of third parties and, after 10 years of experience, we can affirm that our business model yields growth which may be slower but which is above all long-lasting. We chose it with pride, and it is thanks to that very model that we are now able to offer a service like VeraCash, that is both safe and innovative!

VeraCash safeguards our customers’ assets

VeraCash does not operate from a perspective of “cash burn”. We did not raise millions of euros just to spend them on marketing and mass customer acquisitions, as British and American companies tend to do.

Our philosophy hinges more on controlled growth, meaning slower growth, and on maintaining our financial equilibrium in the interest of our company’s long-term survival. This also explains why we sometimes need to adjust our business model (commissions, for example) in order to maintain that financial balance.

In addition, VeraCash benefits from the AuCOFFRE.com Group’s 10 years of experience managing physical precious metals stored in its vaults at the Free Ports and Warehouses of Geneva. All our procedures have been approved by our different supervisory authorities: the ACPR in France and French and Swiss customs. For more information about the probity of our approach, please do not hesitate to contact AMUAC, the AuCOFFRE.com and VeraCash User Members’ Association. That association is unique in its kind, participating in audit operations and verifying the probity of the procedures.

We would like to reassure all our current and future members that VeraCash created the market for gold-backed cards in 2012, a business which is now tried and tested, and are working to become a key actor in the decades to come!


VeraCash réagit suite à la procédure qui vise un concurrent anglais

Bordeaux, le 9 octobre 2019

Nous n’avions pas prévu de communiquer sur la procédure en cours concernant l’un de nos concurrents anglais, Glint Pay, ainsi que d’un concurrent allemand, PIM Gold, mais nous sortons du silence pour rassurer nos quelques clients qui ont exprimé leurs craintes.

Contexte

Glint Pay, une société de droit anglais, qui propose une carte de paiement adossée à l’or similaire à celle de VeraCash, est entrée dans une procédure d’”administration” (équivalent d’un redressement judiciaire en France). La FCA, l’autorité des banques et entreprises financières en Grande-Bretagne, a lancé cette procédure suite à un emprunt non payé.

Nous refusons de commenter la situation de notre concurrent et encore moins de nous en réjouir. La concurrence présente de nombreux avantages d’un point de vue client et en tant qu'entrepreneur / entreprise, elle nous oblige à nous remettre systématiquement en question pour proposer sans cesse de meilleurs produits et services à nos membres.

VeraCash et Glint Pay, des concepts similaires mais…

Bien que le concept de Glint Pay soit frontalement similaire à VeraCash, les modèles d’affaires sont totalement différents. Glint Pay est émetteur de monnaie électronique, alors que ce n’est pas le cas pour VeraCash. Ce point majeur de divergence entre ces deux modèles d’affaire fait toute la différence : en effet, être émetteur de monnaie électronique implique de grandes responsabilités, à la fois structurelles (beaucoup de contraintes légales, telles que des contrôles directs de la FCA ou exigences de fonds propres), et financières, qu’un “simple vendeur d’or” aurait du mal à assumer, sauf à s’endetter lourdement - ce qui explique très certainement les levées de fonds conséquentes de l’entreprise britannique.

L’engagement principal d’un émetteur de monnaie électronique est de cantonner l’intégralité des fonds des clients, et ce, de façon prouvable. A plus forte raison que Glint propose un service multi-devises : le moindre euro ou la moindre livre acheté(e) doit être présent(e) sur les comptes concernés. Cela permet d’assurer la résistance de l’entreprise en cas de retraits de liquidité massifs - une contrainte dont les banques sont exemptées.

Ainsi, l’enquête de la FCA porte sur ces fonds-là, et non pas sur l’équivalence en poids d’or que les clients possèdent. La FCA le mentionne d’ailleurs dans son communiqué officiel : “This activity is not regulated by the FCA, and holdings in gold are not subject to safeguarding requirements” (“Cette activité [ndlt : l’achat d’or] n’est pas régulée par la FCA, et les propriétés en or n’ont pas été sujettes aux exigences en matière de protection”).

La situation est ainsi complètement différente pour VeraCash : d’une part, parce que nous ne sommes pas émetteur de monnaie électronique, et d’autre part, parce que nous ne proposons ni compte d’attente, ni compte multi-devises - même si on ne serait pas contre l’idée d’intégrer ce type de services, nous avons décidé de nous spécialiser particulièrement dans les métaux précieux (GoldSpot, GoldPremium, et argent métal). Ainsi, les fonds que nous recevons sont immédiatement convertis en métaux précieux. Vous pouvez d’ailleurs consulter les audits annuels pour vérifier la contrepartie en poids d’or, d’argent et de diamant des comptes VeraCash.

Pour la petite histoire, en 2014 notre partenaire établissement de paiement de l’époque (Aqoba) avait fait faillite. En revanche, puisque les comptes de nos membres n’étaient pas, et ne sont toujours pas, en devise, aucun d’entre eux n’a été négativement impacté par cette regrettable nouvelle (pas de perte d’euros, et leur or conservé de manière continue dans les Ports Francs de Genève) ; nous avons pu, de manière totalement transparente, trouver un nouveau partenaire afin d’éditer de nouvelles VeraCarte et continuer notre activité sans encombre. Ce serait toujours le cas si notre partenaire actuel venait à son tour à être en difficulté !

Notre métier est de conserver de l’or pour des tiers, et après 10 années d’expérience, nous pouvons vous affirmer que c’est un modèle d’affaire qui nous permet peut-être une croissance plus lente, mais surtout plus pérenne. Ce modèle, nous l’avons fièrement choisi, et c’est grâce à celui-là même qu’aujourd’hui nous pouvons vous proposer un service comme VeraCash, sûr mais innovant !

VeraCash assure ses arrières

VeraCash n’est pas dans une logique de “cash burn”. Nous n’avons pas levé plusieurs millions pour les dépenser en marketing et en acquisition massive de clients comme savent le faire les entreprises anglo-saxonnes.

Notre philosophie est plutôt d’avoir une croissance maîtrisée, donc plus lente, et de conserver notre équilibre financier de façon à pérenniser notre activité sur le long-terme. Cela explique aussi que des adaptations de notre modèle d’affaire (commissions par ex.)  sont parfois nécessaires pour ajuster et maintenir cet équilibre financier.

D’autre part, VeraCash bénéficie de l’expérience de 10 ans du groupe AuCOFFRE.com, dans la gestion de métaux précieux physiques gardés dans ses coffres aux Ports Francs et Entrepôts de Genève. Toutes nos procédures sont validées par nos différentes autorités de tutelles : l’ACPR et les douanes française et suisse. Si vous souhaitez en savoir plus sur la probité de notre approche, n’hésitez pas à contacter l’AMUAC, l’Association des Membres Utilisateurs d’Aucoffre.com et VeraCash. Cette association, unique en son genre, participe aux opérations d’audit et vérifie la probité des procédures.

Nous tenons donc à rassurer l’ensemble de nos membres actuels et futurs, VeraCash a créé le marché des cartes adossées à l’or en 2012, aujourd’hui notre activité éprouvée, et nous travaillons à devenir un acteur incontournable des 10-20 prochaines années !


VeraCash, finaliste des Blue Ocean Awards, sélectionnée pour son offre unique de monnaie complémentaire et de moyen de paiement innovante

VeraCash est une des 18 entreprises finalistes de la 4ème édition des Blue Ocean Awards. La société bordelaise a été sélectionnée sur près de 400 candidatures pour son offre « divergente », qui répond simultanément aux enjeux prioritaires des clients et des non-clients de son industrie, et qui a réussi de créer son propre espace de marché.

« Puisque VeraCash bouleverse les marchés existants des monnaies et des paiements, les Blue Ocean Awards offrent une belle reconnaissance de ce positionnement disruptif et une belle visibilité vers les communautés françaises qui souhaitent adopter une nouvelle monnaie. »

Jean-François Faure, Président Fondateur de VeraCash

Organisés conjointement par l’école HEC Paris, le cabinet AXESSIO Stratégies d’Innovation et la Direction générale des entreprises, les Blue Ocean Awards connait sa 4ème édition cette année. Le 20 décembre, les 18 entreprises finalistes seront présentés sur le « Salon des Finalistes », et 8 seront récompensés de leur Blue Ocean Award lors d’une cérémonie finale en présence du Ministre de l’Economie et des Finances, M. Bruno Le Maire.